Niaf niaf !

En r'tard, en r'tard, je suis en r'tard en r'tard, je n'ai pas l'temps de dire au revoir je suis en r'tard en r'tard en r'tard !!! En même temps, je suis le Lapin Blanc, qu'est ce que vous attendiez ?

Sur ce, salutations, et bienvenue dans ma bibliothèque. J'y ai grignoté des milliers d'ouvrages, et je me propose de vous en présenter quelques uns au fil de nos rendez-vous. Quoi donc, vous ne saviez pas ? Mais si, cela se fera tous les mois ! Alors, partants pour un petit casse-croûte de papier ?

Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'une époque pas si lointaine, celle où j'étais encore lapereau. Ma maman m'a, depuis tout petit, préparé des délices de goûter parfumés d'encre, aux saveurs incroyables, que je dévorais à belles dents à peu près tous les soirs. Mais est venu un jour où cela ne m'a plus suffi. J'ai voulu lire de mes propres dents... euh pardon, de moi-même. Alors après avoir relu seul les ouvrages où elle m'avait accompagné, j'ai décidé d'explorer d'autres horizons, et j'ai découvert Roald Dahl.

Vous connaissez sans doute Charlie et la Chocolaterie, qui est sûrement son livre le plus connu. Mais ce magicien a écrit beaucoup plus de romans, pour la jeunesse ou non, des nouvelles fascinantes et terrifiantes, et une autobiographie en deux tomes à la fois destinée aux enfants et aux adultes. Son univers décalé, ses personnages attachants, ses mots étranges, ses histoires rocambolesques, son ton parfois ironique et mordant, tout ça m'a plu. Les pages tournée avidement avait un goût à la fois sucré, acide et pétillant. Vous savez, comme ces bonbons enrobés de sucre qui explosent dans la bouche. Voilà, c'est de ça que je veux parler : cette explosion de couleurs et de saveurs qui fait le génie de sa littérature.

Et parmi toutes ces perles, toutes ces sucreries délicieuses, il y en a un qui m'a particulièrement marqué : Matilda.

Matilda Roald Dahl

Je ne sais pas vraiment pourquoi. Mais je l'ai lu, lu, lu et relu. Je l'ai dévoré mille fois. Vous devriez voir l'état du bouquin ! (non en fait, c'est faux, je prends toujours grand soin de mes livres... mais comparativement à d'autres, il est plutôt usé !)

C'est à cause de son goût particulier, je crois. Ce quelque chose auquel je m'identifie. Une douceur d'enfance mature, clairvoyante. Une vision de l'école et de la lecture qui me correspondait. Je ne sais pas trop. Peut-être est-ce la jolie et futée Matilda, ou son institutrice, la fragile Mlle Candy, qui m'ont retenue dans leurs bras. Ou les camarades de classe de la petite fille, tous plus drôles et attachants les uns que les autres. Ou bien le gâteau au chocolat, la superglue, le triton et le perroquet. La vengeance face à Mr. Verdebois ou à Mlle Legourdin ? J'ai toujours été un peu un rebelle imaginaire. Insistons sur imaginaire, hein. Mais l'envie y était. Et puis il y a cette petite maison onirique, perdue dans la forêt, tout droit sortie d'un conte, dans laquelle j'aurais aimé me cacher pour écouter l'auteur raconter encore et encore ses merveilleuses histoires.

Alors si vous connaissez quelqu'un qui n'aime pas lire, quelqu'un pour qui ce n'est qu'une torture de plus inventée par l'école... Essayez avec ça. Peut-être que ce bouquin là, que ce petit caramel l'idera. Peut-être qu'il le guidera, comme il m'a guidé. Ou peut-être pas. Mais il reste parfait pour découvrir la lecture. Et si vous êtes déjà grand, son petit goût magique vous fera retomber en enfance.

J'espère que la dégustation vous plaira, n'oubliez pas de toujours entraîner vos papilles littéraires, et à bientôt pour d'autres grignotages !