Niaf niaf !

Je vous ai parlé, dans un premier épisode de ces rendez-vous, d'une petite confiserie littéraire d'enfance. Bien sûr, mes lectures de lapereau ont forgé ma vision des mots. Mais, même dans les oeuvres que je découvre aujourd'hui, il y a parfois un roman, une histoire bouleversante qui remue vos idées si bien classées, si bien rangées, toutes paresseuses et poussiéreuses de n'avoir jamais été remises en question. Et La Grand-Mère De Jade, de Frédérique Deghelt, est de ces chamboulements de papier.

LGDJ

Jeanne, la grand-mère en question, c'est la mamie rêvée de tous les enfants : gâteaux et jardins à gogo, et une philosophie de vie calme, montagnarde, placide. Mais dans sa petite maison savoyarde, celle qu'on appelle Mamoune, qui se sent pourtant toujours jeune, paraît vieille et incapable aux yeux de ses filles. Et que fait-on des vieux, quand on ne peut pas s'en occuper ? On les envoie en maison de retraite... Mais ça, Jade, la petite fille de Jeanne, elle ne peut pas l'accepter. Alors, dans un sauvetage inattendu et irréfléchi, elle l'emmène chez elle, à Paris, pour qu'elles vivent toutes les deux, en totale opposition avec ses tantes, et avec la complicité de son père. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que derrière la Mamoune simple et peu cultivée qu'elle s'imagine, se cache une Jeanne dévoreuse de livres qu'elle va peu à peu découvrir, et qui va changer son monde.

Ce roman, c'est une aventure humaine à la fois banale et incroyable, une leçon de vie sans prétention, une fresque de sentiments riche et colorée, une ode à l'amour, à la lecture, à l'écriture, une lanterne d'espoir dans l'obscurité de nos existences. Il n'a l'air de rien, comme ça, avec ses mots simples. Mais ces phrases, ces tournures sont si lumineuses ! L'auteure nous offre, dans un style efficace, poétique et bienveillant, une histoire envoûtante de partage et de complicité, un solide repas de campagne accompagné de son dessert raffiné.

On se prend au jeu, à l'aventure, à la saveur épicée de la fuite de Jeanne. On fond devant le charme de Rajiv, avec ses proverbes espiègles et son sourire fascinant. On adore Jade, qui se remet toujours en question, ne s'arrête jamais à ce qu'elle a mais cherche constamment à tout améliorer. Avec ses airs de super héroïne maladroite mais confiante, on s'y identifie facilement. Et même les personnages secondaires, ceux auxquels on ne fait pas vraiment attention d'habitude, sont riches, développés, et attachants ! Tous sont réalistes, traités avec finesse et pertinence, sans jamais s'égarer dans des récits inutiles. Un mille-feuilles délicatement construit, au goût richer et léger, en somme.

Personnellement, ce livre m'a fait réfléchir sur ce qui pousse l'écrivain à partager ses textes. Qu'est-ce qui le pousse à écrire telle ou telle histoire ? N'est-ce pas un choix totalement subjectif, et peut-il tout le temps correspondre à ce que désire le lecteur ? Ecrit-on pour l'autre, pour soi, un peu des deux, ni l'un ni l'autre ? Bien sûr, le roman n'apporte aucune réponse exacte à ces questions, plutôt des pistes de réflexion, comme un bon professeur de philosophie. Mais n'est-ce pas ce que devrait faire chaque oeuvre, poser des questions sans en imposer les réponses ? Encore une fois, cela reste ouvert et propre à chacun.

Cependant, ce qui donne réellement tout son sens et toute sa saveur à ce livre, c'est son épilogue. Et je ne veux pas vous en parler, mais cela changera absolument toute votre vision des évènements.

Alors foncez dévorer cette merveille. C'est un repas de famille en petit comité, un de ceux où les générations échangent à bâtons rompus leurs expériences, leurs histoires et leurs visions du monde. Je vous promets que vous en sortirez repus, la tête et le ventre pleins, riche de tout ce que vous aurez pu en tirer.

J'espère que la dégustation vous plaira, n'oubliez pas de toujours entraîner vos papilles littéraires, et à bientôt pour d'autres grignotages !