Troisième défi !

Pour ce défi, je devais écrire l'éloge d'un personnage de littérature que je déteste. J'ai donc choisi Yennefer de Vengerberg, de la saga The Witcher (Le Sorceleur en bon français).

f881ad3599045e1cfe66804f719b5c4d

 

Eloge à la dame Yennefer

La voilà, chevauchant sa jument noire ! La voilà qui entre dans la ville, la tête haute, le regard fier. La dame de Vengerberg est là ! Souvent l’on murmure sur son passage mais, ces médisants-là, ne les écoutez pas. La magicienne aux cheveux d’ébène nous a sauvés plus d’une fois.

Qui ne connaît son ardeur au combat ? Qui n’a ouï dire de ses nombreux exploits ? Sorcière-guerrière à la puissance démesurée, elle a anéanti sous son talon gracieux les armées ennemies. Combien de fois, sous le feu des arquebuses, a-t-elle brandi ses flammes, embrasant le champ de bataille et calcinant les corps des soldats vaincus ? Gloire à celle qui a tenu des sièges, renversé des tyrans, exterminé des barbares, portant robe et bijoux comme pour fêter victoire avant l’heure.

Elle œuvre, dans l’ombre des palais, pour le bien du royaume et jamais ne faiblit dans cette tâche ingrate. Conseillère et amie des rois, elle sait les coutumes et les secrets des cours. Ses manières de dame la rende d’exquise compagnie et elle n’hésite jamais à en user de manière fort charmante, pour tisser sans y toucher la trame des intrigues.

Que dire encore de cette enchanteresse amazone ? Sa chevelure de nuit coulante n’a d’égal en profondeur et en intensité que l’améthyste de son regard. Entre les plis de ses nobles tenues apparaissent furtivement les formes impalpables de son corps, enveloppé de son enivrante odeur de lilas et de groseille à maquereaux. Intouchable silhouette, elle hante mes rêves et mes cauchemars...

Un baiser ! Pour un baiser de vous, ma dame, je me damne. Laissez-moi prononcer, au plus secret de mon cœur, votre nom chéri.

« Eh bien, Carmel ! Si je ne savais ton amour des femmes, je dirais que tu as été ensorcelé !

- Ensorcelé, oui, c’est le mot... »

 

Le défi de Tisama ICI !

Littérairement vôtre.